Lire cet article dans:

Savons-nous quand nous échouons en matière de biosécurité ?

Les 4 erreurs les plus fréquentes rencontrées dans les élevages porcins, illustrées d'exemples réels.

En raison de l'importance croissante de la biosécurité dans le monde, nous avons la chance de pouvoir évaluer les risques potentiels de contamination et de propagation de maladies dans de nombreux élevages dans différents pays d'Europe, d'Asie et d'Amérique.

A priori, l'idée que l'on peut se faire est que les situations que l'on trouve sont très différentes, et c'est vrai, chaque élevage est un scénario totalement différent du précédent. Cependant, constamment, une série de défauts de biosécurité sont observés quelque soient le pays, la culture, le type ou la taille de l'élevage.

Dans cet article, nous voulons présenter les 4 erreurs les plus fréquentes (illustrées par des exemples réels) qui se trouvent dans pratiquement tous les élevages que nous avons évalués. Étonnamment, elles sont toutes conceptuelles, beaucoup plus liés à l'interprétation qui est faite de la biosécurité, qu'à l'absence d'application des mesures ou à des erreurs techniques dans celles-ci.

1. Double norme

Il est très courant de constater que les élevages ont une double norme en matière de biosécurité lié à la croyance que ses mesures / installations / conduite sont meilleures que celles des autres. Nous illustrons cela avec un exemple très courant, les quais de chargement.

Un élevage naisseur-engraisseur envoie une partie des porcs à l'abattoir et le reste est engraissé dans des engraissements externes. L'élevage dispose de deux quais de chargement, un pour l'abattoir et l'autre pour l'envoi desdits engraissement.

Le quai utilisé pour l'abattoir a une excellente biosécurité, en étant classiquement divisé en 3 zones distinctes avec portes automatiques, douches pour le personnel, etc.

Image 1. Modèle de quai de chargement à trois zones.

Image 1. Modèle de quai de chargement à trois zones.

D'autre part, nous constatons que le quai d'expédition vers les engraissements externes ne comporte aucune mesure de biosécurité, il s'agit simplement d'une plate-forme au sol en béton. Lorsque cette différence est discutée, le responsable de la biosécurité fait valoir que le deuxième quai n'interagit qu'avec les camions de son entreprise et qu'ils peuvent se fier à sa propreté.

C'est le double standard de l'échec : il est possible que votre entreprise fasse aussi des erreurs et il est important d'avoir les mêmes mesures de prévention qu'avec les entreprises extérieures.

2. Exceptions

Les plus courantes sont réalisées avec le personnel spécial et les propriétaires.

La grande majorité des élevages mettent en place des douches pour le personnel à l'entrée, l'utilisation de vêtements d'élevage et l'interdiction aux véhicules privés d'entrer sur le territoire. Cependant, nous avons constaté qu'à de nombreuses occasions, ces normes ne s'appliquent pas à tout le personnel de l'élevage. Prenons un exemple.

Un élevage a des uniformes de couleurs différentes pour chaque département : gestation bleue, maternité verte, engraissement jaune, etc. Tout au long de l'audit, on observe comment chaque groupe de travail est correctement dans sa zone suivant le code couleur ; cependant, on commence à voir du personnel vêtu de gris qui se déplace dans toutes les zones sans se changer : ce sont les préposés à l'entretien. De même, on détecte que le manager, vêtu de noir, présente le même schéma. (Image 2)

Ces types d'exceptions sont très fréquentes, le problème de fond est en fait une mauvaise interprétation de la norme : la séparation par les couleurs doit être liée au bâtiment, pas au type de travaux à réaliser.

Image 2. Exceptions avec l'équipe de maintenance et le manager dans le code couleur.

Image 2. Exceptions avec l'équipe de maintenance et le manager dans le code couleur.

3. Des règles confuses

Le meilleur plan de biosécurité est inutile si les travailleurs ne le comprennent pas.

Dans de nombreux cas, il existe des normes de biosécurité qui ne sont pas faciles à suivre car elles présentent de nombreuses « sous-règles », conditions ou manque de clarté, obligeant ainsi le travailleur à trop réfléchir à chaque fois qu'il doit les suivre, ce qui augmente évidemment la probabilité de faire des erreurs. Nous présentons un exemple également lié aux codes couleurs.

Un élevage est conçu avec des couloirs communs qui distribuent et relient chacune des zones : gestation, maternité, etc. La norme interne de biosécurité implique que les travailleurs doivent porter des chaussures pour circuler dans les couloirs de distribution et se changer à l'entrée de chacune des zones pour éviter les contaminations croisées. A priori, c'est un protocole adéquat, cependant, nous avons constaté qu'il n'y a aucun moyen de différencier les chaussures dans les allées de distribution de la zone spécifique, car elles sont exactement les mêmes (Image 3). Cela oblige le travailleur à essayer de marquer ses chaussures (marques qui s'effacent au bout de quelques jours à cause des passages dans les pédiluves) ou à se demander consciemment s'il a changé de chaussures ou non.

Quelque chose d'aussi simple que de marquer les chaussures existantes avec des boucles d'oreille colorées pour chaque zone résoudrait le problème. (Photo 4)

Image 3 (à gauche). Espace de changement de chaussures entre le couloir de distribution et la maternité. Image 4 (à droite) Marquage des chaussures à l'aide de boucles auriculaires colorées.

Image 3 (à gauche). Espace de changement de chaussures entre le couloir de distribution et la maternité. Image 4 (à droite) Marquage des chaussures à l'aide de boucles auriculaires colorées.

4. Protocoles écrits non respectés

Presque toutes les entreprises d'une certaine taille commencent à avoir des protocoles écrits de biosécurité, à la fois externes et internes. Cependant, que ces protocoles soient réellement appliqués à l'élevage de la manière dont ils sont décrits dans les documents n'est pas si courant. Les exemples les plus typiques sont le mélange de matériaux provenant de différentes zones, les processus de nettoyage qui ne sont pas suivis ou le fameux Tout Plein-Tout Vide (TP-TV) qui n'est pas vraiment suivi.

Touts les élevages répondent rapidement « Oui » à la question du TP-TV ; mais lorsque vous évaluez la situation réelle, vous découvrez que très peu l'exécutent correctement. C'est le cas décrit ci-dessous : un protocole de marquage des porcelets avec des marques auriculaires colorées par semaine de naissance a été mis en place pour le vérifier, ce qui a provoqué le mélange des animaux en porcelets avec des marques auriculaires de couleurs différentes. (Photo 5)

Image 5. Porcelets avec des boucles auriculaires de couleurs différentes en raison du non-respect du TP-TV.

Image 5. Porcelets avec des boucles auriculaires de couleurs différentes en raison du non-respect du TP-TV.

Comme discuté dans l'article, la plupart des défauts de biosécurité sont liés à la confusion lors de la conception ou de l'application des protocoles.

D'après notre expérience, l'évaluation externe d'experts et avoir des responsables au sein de l'élevage et de l'entreprise qui sont capables d'auditer les normes est un point de départ essentiel pour le contrôle de la biosécurité. L'objectif final devrait être de générer une équipe de travail fluide dans laquelle les opinions sont comparées, les objectifs sont établis, etc. et par conséquent, diminuer la probabilité de commettre ce type d'échecs en matière de biosécurité.

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Articles liés

La boutique spécialiste en élevage porcin
Conseil et service technique
Plus de 120 marques et fabricants

tags