Lire cet article dans:

Comprendre le cycle traditionnel du porc est la clé pour savoir comment la PPA en Chine affectera les prix mondiaux

La situation actuelle en Chine présente de nombreuses similitudes avec l'ancienne époque cyclique de la liquidation des élevages.

Mardi 9 Avril 2019 (il y a 10 jours)
J'aime

Le meilleur modèle pour comprendre comment la PPA en Chine peut influer sur les prix et sur la prévision des prix pour les pays exportateurs… n'existe plus. Je me réfère aux cycles de prix du porc qui se produisaient, inévitablement, dans l’industrie porcine à l’époque où on les élevait à l’extérieur et dans la phase préindustrielle, avant 1990. Si vous êtes assez vieux pour vous en souvenir, souvenez-vous la phase de liquidation du cycle et vos prévisions s’amélioreront. Étant donné que l'expérience de nombreux producteurs, chercheurs et analystes est de plus en plus rare, l'opinion générale ne fournit pas d'informations fiables.

Ici, un peu d’histoire nous aidera. Aux États-Unis, pendant la période de production préindustrielle, les porcs constituaient une assurance contre les prix bas du maïs. Lorsque les récoltes de maïs étaient importantes, souvent, le prix ne couvrait pas les coûts de production et donc les agriculteurs achetaient des porcs charcutiers et ajoutaient ainsi de la valeur au maïs en le transformant en viande de porc, plus valorisée. À cette époque, il était très courant que beaucoup, sinon la plupart, ne produisaient des porcs que lorsque le prix du maïs était bas. Ainsi, lorsque le porc devenait abondant en consommant tout le surplus de maïs, le prix du porc baissait. Lorsque le prix du porc était égal au coût de production, les éleveurs arrêtaient d'acheter des porcelets et / ou des truies et se contentaient d'envoyer les porcs à l'abattoir dès qu'ils atteignaient le poids du marché, tout en commençant à envoyer des truies à l'abattoir. . Parfois, de très jeunes femelles restaient pour former un "groupe de départ rapide" pour l'année suivante si les prix augmentaient. Le plus souvent, ils vendaient tous les animaux.

L'important dans la phase de liquidation est que le marché recevait déjà (en fait, il était déjà surchargé) les porcs programmés lorsque, soudainement, encore plus de viande de porc arrivait lors de l'abattage des truies. Le point-clé est que tous les producteurs ne liquidaient pas en même temps, la décision étant en partie économique et en partie psychologique. Cela rallongeait la phase de bas prix.

La partie économique prévalait lorsque les prix atteignaient un point où ils n'étaient plus rentables. Comme ce point n’est pas le même pour tous les producteurs, ceux qui ont les coûts les plus élevés se retiraient d’abord, puis ceux qui avaient des coûts intermédiaires et enfin ceux qui produisait à bas prix. La partie psychologique consistait à tenter de décider, dans un mélange de peur et d’avidité, si la baisse des prix serait temporaire ou si elle durerait et finirait par affecter leurs finances personnelles s'ils ne se débarassaient pas immédiatement du stock. Il y avait une situation à risque élevé / bénéfice élevé s'ils continuaient lorsque tout le monde abandonnait et, si un rebond atypique et rapide des prix se produisait, ils devenaient l'un des rares à pouvoir vendre et obtenir des bénéfices exceptionnels. Malheureusement, les chances que cela se produise étaient très minces.

Normalement, la phase de liquidation commençait lentement, augmentait jusqu'à l'abattage complet, d'abord des animaux d'engraissement, puis des reproductrices et ensuite diminuait progressivement. Ce processus se déroulait sur un an ou plus, avant que le prix du porc ne s'inverse. Les choses se gâtaient souvent pour ceux qui restaient parce que les prix normaux des porcs étaient déjà très bas et que l'offre supplémentaire due à l'abattage des animaux reproducteurs impliquait même que les meilleurs éleveurs soient obligés de fermer..

Examinons maintenant la situation actuelle en Chine. Notez les similitudes avec l'ancienne phase de liquidation des porcs. Premièrement, nous avons une propagation progressive de la PPA depuis Août 2018 qui est toujours active aujourd’hui. Cependant, le nombre de nouveaux cas semble s'être réduit à une poignée au cours de la dernière semaine de février. Pour accroître la composante psychologique de la liquidation, il y a eu, pour la première fois, un foyer dans la province de Hebei, près de Pékin, rappelant à tous que la résolution du problème n'est pas encore avancée.

Chaque foyer a été suivi d'une interdiction des mouvements d'animaux et d'une mini-liquidation dans l'élevage touché et dans une partie de la production environnante. L'interdiction des mouvements et l'abattage qui, dans certains cas, inclut stratégiquement des animaux en bonne santé que les propriétaires conduisent à l'abattoir afin d'éviter d'éventuelles pertes, font que le porc soit abondant sur les "wet markets" (marchés de produits frais) et que les prix se soient effondrés. Les prix bas et la viande abondante ne sont pas de bons amis des importations. Des sources indiquent que la plupart des interdictions de mouvements initiaux liées aux foyers avaient été levées et que plusieurs provinces de l'importante zone agricole de la Chine centrale semblent exemptes de PPA. Nous pouvons nous attendre à ce que cette situation se maintienne pendant plusieurs mois. Un détail intéressant à noter est que le prix des actions des principales sociétés productrices du pays a considérablement augmenté au cours des 30 derniers jours, ce qui indique que les investisseurs ont confiance dans l'aide potentielle du gouvernement.

Lorsque le porc commence à se raréfier, en raison des premiers abattages associés aux premiers cas, les premiers élevages à se rétablir ou ceux qui ne sont pas infectés augmenteront à nouveau la production pour couvrir toute demande. Nous devons également prendre en compte le ralentissement de l’économie chinoise et d’autres éléments susceptibles de modérer la demande analysée le mois dernier et nous verrons qu’il est très probable que la phase de liquidation qui a eu lieu jusqu’à présent a une très faible incidence sur le prix mondial du porc. De toute évidence, de nouveaux foyers en Chine, aux États-Unis ou un plus grand nombre de cas au cœur de l'UE ou dans des régions clés telles que l'Espagne, l'Allemagne, l'Italie ou le Danemark pourraient complètement modifier la situation.

voir plus d'articles liés à l'article

Articles

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici

tags