Age du sevrage et immunité

Bien qu'un sevrage précoce puisse protéger les porcelets des infections des mères (en particulier Actinobacillus pleuropneumoniae), il empêche le contact avec les agents pathogènes au moment ou...
Jeudi 4 Novembre 2004 (il y a 12 ans 9 mois 12 jours)

Bien qu'un sevrage précoce puisse protéger les porcelets des infections des mères (en particulier Actinobacillus pleuropneumoniae), il empêche le contact avec les agents pathogènes au moment ou il reste encore une immunité maternelle, ce qui peut poser problème concernant Streptococcus suis ou Haemophilus parasuis. Une infection postérieure, c'est-à-dire quand il n'y a plus d'immunité maternelle, peut provoquer des pertes majeures.

Une étude récente (Main et al, J Anim Sci., 2004) montre des résultats en provenance d'un élevage de 7.300 truies dans laquelle les porcelets ont été sevrés à 4 âges différents (12, 15, 18 ou 21 jours) dans laquelle on observe un impact positif sur le G.M.Q. et la mortalité en retardant l'âge du sevrage.

Age au sevrage (jours)
12 15 18 21
Post-sevrage GMQ (g) 299 368 409 474
Indice de consommation 0,703 0,720 0,726 0.723
% mortalité 5,25 2,82 2,11 0,54
Engraissement GMQ (g) 580 616 637 687
% mortalité 9,39 7,88 6,80 3,68

Il faudrait des études supplémentaires portant sur l'état des truies et les besoins de l'élevage en fonction de sa conception (nombre et utilisation des cases...). Il sera probablement très difficile de généraliser et chaque système nécessite un programme spécifique.

Robert Desrosiers. International Pigletter. Vol. 24. Nº 5. 2004.

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici