Allaitement intermittent

La consommation d'aliment préstarter peut aider à réduire l'apparition des pathologies en relation avec le sevrage en créant une transition plus progressive. Le pri...
Mercredi 22 Novembre 2006 (il y a 10 ans 11 mois)

La consommation d'aliment préstarter peut aider à réduire l'apparition des pathologies en relation avec le sevrage en créant une transition plus progressive. Le principal problème est la consommation inégale avec une grande variabilité entre porcelets et entre portées.

Une méthode pour augmenter la consommation d'aliment préstarter est l'allaitement intermittent. Avec cette technique de conduite d'élevage, les porcelets sont séparés de leurs mères pendant quelques heures par jour au cours des semaines 3 et 4 de la lactation. Cela augmente la consommation pendant l'allaitement et améliore particulièrement la consommation d'aliment préstarter.

Après le sevrage, les porcelets qui ont eu un allaitement intermittent ont un GMQ plus important (ils sont plus habitués à l'aliment sec), ce qui compense le GMQ plus faible de ces porcelets pendant la lactation.


Cela améliore aussi les performances de reproduction des truies en réduisant le bilan énergétique négatif pendant la lactation. Jusqu'à ce jour, les études avaient montré que l'allaitement intermittent pouvait induire des "œstrus de lactation". La récupération de la sécrétion pulsatile de la LH est nécessaire pour l'induction de l'œstrus. Quand les porcelets sont séparés, la sécrétion pulsatile de la LH augmente immédiatement. Quand les porcelets reviennent avec leurs mères, la LH diminue à nouveau.

Dans une autre étude, un groupe témoin (sevrés à 3 semaines) a été comparé avec deux groupes en allaitement intermittent (avec une période de séparation de 12 heures, S12, ou avec deux périodes de séparation de 6 heures, S6). En appliquant l'allaitement intermittent, on a réussi à induire "l'œstrus de lactation" chez presque 100% des truies même si l'ovulation ne fut pas toujours obtenue. Au jour 23 après la saillie, ni les % d'ovulation, ni la survie embryonnaire ont différé entre les 3 groupes, mêmes si les paramètres placentaires et embryonnaires ont été négativement affectés dans le groupe S6.

Œstrus, ovulation et gestation avec des groupes en allaitement intermittent

Témoin S 12 S I6
Nb de truies 23 14 13
Œstrus de lactation (%) 26 100 92
Œstrus post-sevrage (%) 74 - -
Ovulation (%) 100 93 83
Follicules kystiques 0 1 4
Gestantes 23 jours après l'ovulation (%) 94 77 78

International Pig Topics. 20(6)20-21

En cherchant bien

Alimentation séparée des truies04-Déc-2006 il y a 10 ans 10 mois 18 jours
Données sur les effectifs de porcs dans l'UE en 200503-Nov-2006 il y a 10 ans 11 mois 19 jours

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici