A la recherche de la bande idéale (2/2)

Comme on l'a vu dans le précédent article, il n'existe pas de systèmes de conduite en bande (CEB) "traditionnelle" supérieureà une semaine qui permette de sevrer à 28 jours avec une durée de rotation de 5 semaines.

Vendredi 17 Juin 2011 (il y a 6 ans 3 mois 5 jours)

Comme on l'a vu dans le précédent article, il n'existe pas de systèmes de conduite en bande (CEB) "traditionnelle" supérieureà une semaine qui permette de sevrer à 28 jours avec une durée de rotation de 5 semaines. Cependant, en ne respectant pas les règles théoriques, on peut sevrer à 28 jours dans le cadre d'un travail en bandes toutes les 5 semaines.

CEB toutes les 5 semaines avec un sevrage à 28 jours

Ce qui arrive est que le cycle de reproduction s'allonge à 21 semaines ce qui n'est pas entièrement divisible entre les 4 lots de la CEB toutes les 5 semaines. Dans cette situation, 3 bandes restent avec un intervalle de 5 semaines entre elles, tandis que la 4ème bande est retardée à 6 semaines



Dans cette situation, la répartition traditionnelle des tâches de la CEB toutes les 5 semaines se trouve modifiée de la façon suivante :

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21
S I
+
MB
0 0 0 S I
+
M
B
0 0 0 S I
+
M
B
0 0 0 S I MB 0 0 0

S = Sevrage
I = Saillie
MB = Mises-bas
0 = Rien

· Les mises-bas sont en même temps que les inséminations sur 3 lots.

Dans le 4ème lot, les tâches se déroulent de façon "traditionnelle" (une semaine pour chaque activité principale).

Pendant 3 lots, les 3 principales activités de l'exploitation se concentrent seulement sur 2 semaines et ensuite arrivent 2 semaines de "vacances". Cela peut-être un inconvénient ou non, tout dépend des préférences de chacun.

· Avec ce système de CEB "alternatif" on a réussi à remplir une partie du "vide" dont on a parlé dans le précédent article. Maintenant, on peut profiter du temps de rotation de la maternité de 5 semaines pour sevrer à 28 jours.

· Cette option est probablement idéale pour les petits ou les moyens élevages. Cependant dans les élevages plus grands, on rencontre le problème du regroupement excessif des tâches. Que peut-on faire dans ces cas ?

La CEB toutes les 5 semaines avec un sevrage à 28 jours est la clé qui ouvre la porte à la "bande idéale". Imaginons 2 élevages en bandes toutes les 5 semaines décalées l'une de l'autre de 3 semaines :

Elevage 1:
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 1 2 3
S I
+
MB
0 0 0 S I
+
MB
0 0 0 S I
+
MB
0 0 0 S I MB 0 0 0 S I
+
MB
0
Elevage 2:
4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 1 2 3
S I
+
MB
0 0 0 S I
+
MB
0 0 0 S I
+
MB
MB 0 0 0 I MB 0 0 0
Elevage 1+2:
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 1 2 3
S I
+
MB
0 S I
+
MB
S I
+
MB
0 S I
+
MB
S I
+
MB
0 S I
+
MB
S I MB S I MB S I
+
MB
0

En réunissant les tâches hebdomadaires des 2 exploitations, la répartition des activités serait celle que l'on observe sur ce tableau. On aurait 3 cycles de 5 semaines (initiés par le sevrage marqué en bleu) avec une répartition : sevrages / saillies + mises-bas / rien / sevrages / saillies + mises-bas.

Ensuite on aurait 2 lots avec le rythme des bandes toutes les 3 semaines : sevrage / saillie / mises-bas.

Le cadre orange marque le début d'une nouvelle séquence exactement identique à celle décrite.

Maintenant imaginons que ce qui était 2 élevages décalés l'un de l'autre s'organise à l'intérieur d'une même exploitation. Ce serait la fusion des 2 systèmes de CEB toutes les 5 semaines avec un sevrage à 28 jours qui générerait un système de CEB 3-2 avec un sevrage à 28 jours



Conduite en bandes 3-2 avec un sevrage à 28 jours

Ce serait la “bande idéale”. C'est un système qui offre de multiples avantages :

1. 1. Il permet ce que l'on cherchait depuis le début : tourner toutes les 5 semaines, en sevrant à 28 jours

· Les rotations de 5 semaines ne sont pas exclusives à la CEB toutes les 5 semaines

· Il ouvre la porte à la CEB pour des élevages intermédiaires ou même des grands élevages (plus de 1000 truies).

2. Une plus grande capacité productive que les bandes toutes les 3 semaines même en sevrant au même âge (28 jours) :

On réussit à avoir 1 lot productif en plus que dans le cas des bandes toutes les 3 semaines

· CEB toutes les 3 semaines : 7 lots productifss

· CEB 3-2 semaines : 8 lots productifs

Cela représenterait une augmentation de la capacité productive de 1/8 (12,5%) en passant d'un élevage avec une CEB toutes les 3 semaines à 3/2 semaines avec un sevrage à 28 jours. C'est un important bénéfice car fréquemment, la possibilité de transformer un élevage à la CEB toutes les 3 semaines est exclue à cause de l'importante diminution du cheptel qui en découle. Avec ce nouveau système, on ouvre la porte à une nouvelle option de rotation (5 semaines) qui ne pénalise pas tant la diminution des truies et qui permet un sevrage à 28 jours.

3. Comme cela se passait déjà avec la CEB toutes les 3 semaines, les truies retardées jusqu'à une semaine du lot peuvent être réintroduites en les sevrant à 21 jours au cycle suivant. Cependant, il n'y a pas autant de marge avec les truies avancées.

4. Il permet une plus grande marge en dépassant l'objectif des mises-bas prévues que les CEB toutes les 2, 4 et 5 semaines.

5. Les retours à 21 jours concordent assez bien avec le lot suivant. Dans des occasions précises, ils sont décalés parfois d'une semaine.

6. Une plus grande facilité à faire des nourrices par rapport à d'autres systèmes de CEB.

7. Une bonne répartition des tâches :

· Des saillies et mises-bas sur une même semaine,

· Les sevrages ne coïncident pas avec les mises-bas,

· Une semaine "libre" toutes les 5 semaines.

8. Possibilité de travailler avec des bandes irrégulières : en disposant d'un nombre pair de lots (8), on a la possibilité de travailler avec des lots de truies de différente taille. Par exemple, dans le cas où on dispose de 120 places de maternité, chercher à avoir 70 mises-bas dans un lot et 50 dans le suivant. Cet aspect est compromis dans le cas de CEB toutes les 3 semaines car en ayant un nombre impair de lots (7) quand on sèvre un lot de moins de truies (50), cela devrait supposer à avoir plus de truies (70) et vice et versa.

Inconvénients :

Cela peut paraître être un système plus compliqué, en n'ayant pas une répartition régulière des tâches hebdomadaires, mais une fois mis en place, le seul aspect à prendre en compte est qu'il faut sevrer quand le lot arrive à 28 jours. Par conséquent, il est recommandé d'utiliser un planning d'insémination pour ne pas se perdre.

Si on dispose d'espace en gestante - contrôle pour 2 lots (5 semaines de rotation), on devrait déplacer les truies en gestante confirmée (enclos avec la nouvelle loi bien-être) à 30 jours. Une autre possibilité est d'avoir de l'espace pour 3 lots en gestante - contrôle et de les déplacer à 35 jours. Des cages resteraient vides pendant 1 à 2 semaines mais cet espace supplémentaire est toujours utile pour pouvoir bouger les truies au sevrage.

Aspects à prendre en compte.

Si en transition on dispose d'espace pour 2 lots de porcelets, on aurait 4 à 5 semaines de séjour (1 en moins qu’avec la CEB toutes les 3 semaines).
Si on a de l'espace pour 3 lots, un lot aurait 6,5 semaines de séjour et le suivant 7,5 semaines.
Cette situation est compromise quand il y a deux lots avec 3 semaines entre eux, ce qui serait une situation comparable alors à celle de la CEB toutes les 3 semaines.

José Casanovas Granell et Carlos Casanovas Granell. Vétérinaires spécialisés en production porcine.

Opinion des experts

A la recherche de la bande idéale (1/2)17-Mai-2011 il y a 6 ans 4 mois 5 jours

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici

tags