Lire cet article dans:

Antimicrobiens chez le porc: présent et perspectives futures

La Commission Européenne est en train d’examiner et de consulter sur l’utilisation des antimicrobiens en médecine vétérinaire à la suite de la publication de son programme en 12 points (CE, 2011). Cet article analyse le présent et l'avenir de l'utilisation des antimicrobiens dans l'UE.

Mercredi 10 Octobre 2012 (il y a 4 ans 10 mois 8 jours)

Introduction

L'utilisation d'antimicrobiens chez les animaux est jugée nécessaire pour traiter les infections et maintenir leur santé et, finalement, leur bien, mais quand il s'agit d'animaux de production tels que les porcs, y a-t-il une dépendance excessive à l'égard de son utilisation pour couvrir des déficits de management, d’environnement ou de biosécurité ? La perception du public est-elle en train de changer ? Est-il opportun de revoir et de modifier l'utilisation des antimicrobiens en production porcine?

La Commission Européenne est en train d’examiner et de consulter sur l’utilisation des antimicrobiens en médecine vétérinaire à la suite de la publication de son programme en 12 points (CE, 2011), ce qui peut nous donner une idée de l'endroit où les choses peuvent aller. Il y a une intense activité politique en marche avec certains Etats membres (EM), particulièrement actifs dans le contrôle (Danemark) ou la réduction de l'utilisation d'antibiotiques (Pays-Bas) interdisant l'utilisation de prémélanges et certains ont volontairement limité l'utilisation des céphalosporines de 3ème et 4ème génération (Danemark, Suède, France) et les fluoroquinolones (Danemark). Le Parlement Européen a appelé à une interdiction de l'utilisation des antibiotiques à titre préventif, mais ne définit pas précisément la notion d '«usage préventif". Doit-il se limiter à l’usage vétérinaire seulement ? Qu'en est-il de l'usage médical ?

Les médecins ont beaucoup de pression en ce qui concerne la résistance aux antimicrobiens, non seulement dans des cas tels que la tuberculose, la gonorrhée, etc, mais aussi par rapport à Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline (SARM), qui est particulièrement fréquent dans certaines situations hospitalières et est probablement associé à l'hôpital l'utilisation excessive d'antibiotiques et à une hygiène déficiente dans les hôpitaux. Le fait que des SARM ont été détectés chez les porcs, les volailles et les veaux n’aide pas la cause vétérinaire mais, heureusement, ils sont très différents de ceux qui affectent les humains et leur diffusion est limitée aux personnes impliquées dans la production animale sans s’étendre à la population générale. Les bactéries productrices de bêta-lactamases à spectre étendu (BLSE) comme Escherichia coli et en particulier chez l'homme, Klebsiella pneumoniae semblent avoir remplacé la préoccupation pour les SARM. Il y a un risque élevé que ces gènes soient transférés entre E. coli par les plasmides et qu’ils arrivent chez l’homme par des aliments contaminés. En règle générale, les niveaux de BLSE chez le porc, la volaille et le bétail sont faibles, mais dans certains pays comme l'Espagne, en particulier chez les volailles, on a trouvé des niveaux élevés (plus de 30%) de clones résistants d’E. coli producteurs de BLSE. On pense que cela pourrait être dû à l'utilisation du ceftiofur (céphalosporine de 3ème génération) hors AMM chez les poussins. L'Agence Européenne des Médicaments (EMA) a déjà répondu, mais cela ne contribue pas à améliorer l'image de l’utilisation responsable en médecine vétérinaire. Heureusement, les résistances accrues par les carbapénémases observées en humaine, en particulier chez K. pneumoniae, Pseudomonas aeruginosa, etc, sont pour la plupart liées à des clones asiatiques qui sont venus en Europe et n'ont aucun rapport avec l'usage vétérinaire, mais ont à voir avec les limites de la médecine et avec la mondialisation.

Présent

Passons en revue les 12 propositions, en particulier celles liées à l'utilisation des antimicrobiens:

1. Développer l’utilisation appropriée des antimicrobiens dans tous les États membres
2. Renforcer le cadre réglementaire pour les médicaments vétérinaires et les aliments médicamenteux.
3. Faire des recommandations sur l'utilisation prudente des antibiotiques en médecine vétérinaire, y compris les rapports de suivi.
4. Renforcer la prévention des infections et la lutte contre celles-ci dans les établissements de soins.
5. Elaborer une nouvelle législation en matière de santé animale, qui mettra l’accent sur la prévention des maladies et réduira l'utilisation des antibiotiques.
6. Favoriser, dans le cadre d’une démarche par étapes, des travaux de recherche-développement conjoints inédits pour mettre à la disposition des patients de nouveaux antibiotiques
7. Encourager les efforts visant à analyser la nécessité de disposer de nouveaux antibiotiques en médecine vétérinaire
8. Favoriser et/ou renforcer les engagements multilatéraux et bilatéraux aux fins de la prévention de la résistance aux antimicrobiens et de la lutte contre celle-ci dans tous les secteurs.
9. Renforcer les systèmes de surveillance de la résistance aux antimicrobiens et de la consommation d’antimicrobiens en médecine humaine
10. Renforcer les systèmes de surveillance de la résistance aux antimicrobiens et de la consommation d’antimicrobiens en médecine vétérinaire.
11. Renforcer et coordonner les efforts de recherche.
12. Enquête et recherche d’efficacité comparative

Perspectives futures

Les points 1 et 3 sont liés pour promouvoir l'utilisation responsable des antibiotiques et sont basées sur la Plateforme Européenne pour l'Utilisation Responsable des Médicaments chez les Animaux (EPRUMA) et les organismes nationaux tels que le RUMA au Royaume-Uni. C'est la seule façon pour pouvoir maintenir notre arsenal de lutte contre les maladies infectieuses.

Le point 2 n'est pas clair à ce stade. Devrait-il y avoir une dissociation entre les vétérinaires qui tirent profit de la vente d'antibiotiques et ceux qui les prescrivent ? Ce n'est pas aussi évident que cela puisse paraître. Les Danois l’ont récemment mis en place, mais les Italiens l’ont fait dans les années 90 et ont encore de nombreux problèmes de résistance. La production intégrée de porcs joue aussi un rôle important. Les laboratoires pharmaceutiques fournissent souvent des prémélanges (figure 1) aux usines d’aliments, en passant par-dessus le vétérinaire, et les prémélanges représentent la plupart des antibiotiques utilisés. La CE n'a pas dénoncé les aliments médicamenteux et considère que, bien réglementé, ils sont un moyen précieux pour les traitements. Les poudres orales, utilisées dans l'alimentation animale, ne sont pas considérées comme une option appropriée ni fiable. La présence de certains résidus antibiotiques dans le mélangeur dans et la contamination croisée des autres aliments est probablement contrôlée espérons, aux niveaux actuels pour anticoccidiens, 1-3% en fonction du niveau de risque. Devrait-on interdire la publicité des antibiotiques aux agriculteurs ? Il est probable que cela soit le cas.

Figure 1. Usage vétérinaire des antimicrobiens par voie de médicaments et l'utilisation «critique» de la drogue en 2010 au Royaume-Uni (VMD, 2011)

Utilisation ATB animauxLe point 4 affecte principalement la santé humaine où il doit y avoir des améliorations, en particulier dans l'hygiène hospitalière.

Le point 5 est préoccupant et la clé est écrite en petits caractères. Il peut être critique au niveau de l'élevage. Les agriculteurs doivent améliorer leur façon de produire des porcs sans avoir besoin d'un soutien continu des antimicrobiens. L'industrie de la volaille sera obligée de le faire par la pression des supermarchés. La biosécurité est également essentielle. Quoi qu'il en soit, il est difficile d'investir dans de nouvelles installations lorsque l'économie est en danger, comme cela a été démontré avec l'interdiction des cages de pondeuses dans l'UE. Avec l'augmentation probable des prix, les marges seront encore réduites, ce qui fera réduire les investissements.

Les points 6 et 7 sont liés. Les vétérinaires ont-ils besoin de nouveaux antibiotiques? Probablement oui, mais qui va développer quelque chose pour le monde vétérinaire dans l'Union européenne? Je pense que cela dépendra en grande partie de ce qui est disponible dans d'autres États membres et il faudra faire des dossiers de reconnaissance mutuelle.

Les points 9, 10, 11 et 12 sont liés. On considère qu'il y aura plus de contrôle sur l'utilisation des antimicrobiens chez les animaux, peut-être jusqu’au niveau du vétérinaire. Les gros consommateurs devront faire face à un défi, comme au Danemark et aux Pays-Bas et, éventuellement, être réprimés. Il faudra plus de recherche et la coopération entre les médecins et les vétérinaires pour identifier le niveau de transmission entre les deux domaines. Je suis de ceux qui croient qu'il est relativement faible (figure 2), mais il faut le démontrer de manière adéquate.

Figure 2. Comparaison de l’utilisation humaine (Communauté du Royaume-Uni et hôpitaux en Angleterre et au Pays de Galles) et animale (VMD, 2010).

Comparaison usage ATB

Plus de recherche est nécessaire pour prendre de meilleures décisions et améliorer notre connaissance du risque. J'espère qu’il en sera ainsi et que la CE ne rende pas la filière porcine européenne moins compétitive qu'elle ne l'est déjà

Opinion des experts

Situation actuelle de la castration des porcelets en Europe30-Oct-2012 il y a 4 ans 9 mois 19 jours

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici

tags