Diagnostic des diarrhées néonatales (2)

Après avoir décrit les principaux agents pathogènes dans un article précédent, l'auteur décrit les méthodes de diagnostic. Approche diagnostique L'étude des facteurs environnementaux e...
Mercredi 5 Janvier 2005 (il y a 12 ans 9 mois 19 jours)

Après avoir décrit les principaux agents pathogènes dans un article précédent, l'auteur décrit les méthodes de diagnostic.

Approche diagnostique

L'étude des facteurs environnementaux et zootechniques

Le recours au laboratoire ne peut se faire que si on a fait une bonne évaluation de l'ensemble des facteurs importants pouvant favoriser ou déclencher un cas de diarrhée néonatale. On peut citer pour exemple :
- la ventilation et la température
- le respect du programme d'alimentation en fin de gestation et en début de lactation. Vérifier la quantité et la qualité (moisissures) de l 'aliment distribué.
- la propreté du matériel d'alimentation (canalisations de distribution de soupe et d'eau)
- la qualité de l'eau de boisson
- la qualité de la désinfection
- la surveillance des mise-bas (durée de mise bas, prise de colostrum rapide et par tous les sujets)
- la santé de la truie ( température, infections urogénitales, congestions mammaires (mammite), constipation…)
- la qualité de l'immunisation des cochettes

D'autres observations sont aussi très importantes car elles permettent d'obtenir des renseignements qui seront à confronter aux résultats des examens.
- Evaluation du taux de mortalité et de morbidité lié à la diarrhée
- Prévalence de la diarrhée à l'intérieur même de la portée (nombre de sujets atteints sur nombre total de porcelets)
- Répartition de la diarrhée entre fonction du rang de portée
- Saisonnalité d'apparition
- Echec ou succès des différentes solutions thérapeutiques

Le recours au laboratoire se fera après avoir évaluer l'ensemble des ces éléments.

L'analyse au laboratoire : une aide au diagnostic

Même si c'est évident, il est bon de rappeler qu'il est primordial de soumettre au laboratoire des sujets ou des prélèvements représentatifs. En particulier, on doit apporter une importance à :

1- ne réaliser les prélèvements que sur des porcelets non traités aux antibiotiques pour ne pas fausser le résultat bactériologique

2- ne pas analyser de petits sujets, susceptibles de ne pas avoir correctement ingéré le colostrum

3- n'apporter que des sujets vivants car, après la mort, on a très souvent une prolifération bactérienne et l'observation lésionnelle est difficile; dans le cas où l'on aurait une mortalité importante et rapide, il faut analyser des sujets morts récemment.

4- transmettre rapidement les échantillons sous couvert du froid

ELISA toxine Clostridium
Gel de PCR multiplexe facteurs de virulence Escherichia coli
Culture d'Escherichia Coli

On peut prélever des féces ( 2 à 4 porcelets par portée dans le même pot). Si les prélèvements ne peuvent pas être acheminés rapidement au laboratoire, on peut les congeler.
Dans le cas d'écouvillons rectaux, utiliser des écouvillons sur milieux de transport et prendre 2 écouvillons par porcelet et 2 à 4 porcelets par portée

5- de faire les prélèvements sur plus d'une portée si possible

Les outils diagnostic disponibles en routine:

Agent infectieux
Prélèvements
Test
Commentaires
Intérêt
Escherichia coli Ecouvillons
Fèces

Organes

Porcelet
Isolement et recherche de facteurs de virulence par PCR - Les facteurs qui permettent l’adhésion des colibacilles à la muqueuse ( les plus connus étant K88, K99, F41, 987P, …)
- Les facteurs qui permettent la fabrication de toxines ( les plus connus étant Sta, Stb et Lt )
- D’autres facteurs de virulence dont le pouvoir pathogène reste à définir peuvent être aussi recherchés ( east1, eae,…)
+++
Clostridium perfringens Ecouvillons

Fèces

Organes

Porcelet
Mise en évidence par culture Le dénombrement peut être un élément intéressant. Cependant cette information peut être insuffisante pour juger du caractère pathogène de la souche. Des examens complémentaires doivent être réalisés pour mieux juger de l’implication de cette bactérie dans la pathologie digestive observée +
Génotypage par PCR Il permet de détecter les gènes qui codent la production des toxines. En routine la détection porte sur les gènes cpa, cpb, cpb2 ++
Elisa toxine Cette technique permet de détecter deux toxines aujourd’hui connues pour provoquer de la diarrhée : la toxine Alpha et la toxine Bêta. +++
Clostridium difficile Ecouvillons
Fèces

Organes

Porcelet
Mise en évidence par culture Sa mise en évidence par culture permet de réaliser un antibiogramme. Les souches isolées peuvent particulièrement résistantes à beaucoup d’antibiotiques. +
Elisa toxine Cette technique permet de détecter deux toxines aujourd’hui connues pour provoquer de la diarrhée : la toxine A et la toxine B. La présence de toxines est souvent associée à un œdème du mésocolon. +++
Rotavirus Ecouvillons
Fèces

Organes

Porcelet
Elisa antigène Cette technique permet de mettre en évidence la présence de virus dans les fèces. +(++)(1)
SDRP Organes
Porcelet
Sangs de truie
Pcr Cette technique permet de mettre en évidence la présence du virus dans les organes. +++(1)
Divers Porcelet vivant Histologie Technique intéressante. Elle permet d’associer les lésions microscopiques observées aux résultats des différents examens bactériologiques. Cette technique permet aussi d’orienter le diagnostic si les éléments provenant des autres examens de laboratoire sont insuffisants. ++(+)
(1) : uniquement dans un contexte favorable à l'intervention de ces agents infectieux

Jean LE GUENNEC - Directeur du Laboratoire Labofarm - Loudéac (France)

Articles liés

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici